Perspective concrète sur Loire Sud

Nous avons participé en début de mois à une réunion pour la création d’une centrale villageoise photovoltaïque sur le secteur de Cellieu. Le projet mûrit depuis plus d’un an et sa concrétisation pourrait être assez rapide, moyennant quelques personnes supplémentaires pour s’impliquer dans la mise en oeuvre et la gestion de la coopérative. Ce type de centrale villageoise photovoltaïque se développe à travers les territoires. Une association nationale a été constituée, avec une charte fédérant l’ensemble des projets similaires. Nous pouvons donc nous appuyer sur l’expérience de celles et ceux qui s’y sont déjà investis.

Le modèle proposé permet de se lancer assez facilement dans un projet, avec néanmoins quelques inconvénients.

Concrètement, la coopérative est propriétaire des installations photovoltaïques. Elle finance les investissements grâce aux parts sociales des associés coopérateurs (généralement avec un engagement de rémunération sous forme de dividende de quelques %) et aux emprunts bancaires nécessaires (à taux aussi bas que possible pour conserver une marge bénéficiaire, ce qui ne positionne pas la NEF en priorité). La coopérative loue aux particuliers volontaires leurs toitures où elle fait installer les panneaux. Elle passe un contrat d’installation et de maintenance avec un artisan spécialisé. Elle revend l’électricité produite à EDF, EDF étant le seul bénéficiaire des aides de l’Etat pour favoriser le développement des énergies renouvelables (ENERCOOP ne touche pas ces aides et propose donc des tarifs de rachat qui ne permettent pas d’équilibrer l’opération financière). Il faut aussi savoir que ces aides baissent régulièrement, ce qui rend les projets d’installation de centrales photovoltaïques de moins en moins attractifs. (En 2009 le KW photovoltaïque était acheté par EDF à 60 centimes, aujourd’hui il est acheté à 25 centimes. ENERCOOP ne peut l’acheter qu’à 6 centimes).

Lors du forum ouvert du Collectif pour une Transition Citoyenne, collectif dont Alternatives en Actes fait partie, la SCIC ERE43 basée à Yssingeaux et spécialisée dans l’installation de système de production en énergie renouvelable, nous a présenté son projet d’installation de centrales photovoltaïques sur un secteur de 50 kms autour d’Yssingeaux. ERE43 recherche des coopérateurs souhaitant faire installer des unités de production photovoltaïque sur leur toit. Pour rentabiliser les coûts, ERE43 souhaite installer des unités de 60 ou 70 m2 minimum. ERE43 est lié à une entreprise coopérative artisanale en SCOP qui assure l’installation et la maintenance des panneaux. Le montage financier, administratif et coopératif est prêt à l’emploi. La SCIC qui existe depuis plusieurs années, a jusqu’à présent travaillé principalement sur l’installation et la maintenance de grosses unités de chauffage au bois. Le projet photovoltaïque est maintenant lancé. Nous sommes invités à nous y joindre.

Moyennant la vente de l’électricité à EDF, l’installation de panneaux fabriqués en Allemagne, un financement par énergie partagée et éventuellement la NEF, l’entrée dans le capital SCIC à 3000 euros, et la location des 70 m2 de toit payée par la SCIC 300 euros mensuels, il ne reste plus qu’à soutenir la démarche pour trouver les coopérateurs locataires de toiture. L’objectif pour ERE43 est de trouver 30 emplacements d’ici mi novembre.

Nous proposons donc de leur prêter main forte en faisant la promotion de leur projet sur le secteur de l’Ondaine. Si vous souhaitez participer à cette action, merci de vous faire connaître.

Au delà nous pourrions peut être imaginer la constitution d’une coopérative SCIC sur l’Ondaine qui serait propriétaire des d’installations réalisées par ERE43, sur la base d’apports en capital sans rémunération ni intérêt, dont le bénéfice permettrait de constituer un fond d’investissement coopératif pour les initiatives alternatives locales à venir…