Projet de coopérative de production en énergies renouvelables

Dans la même idée que les deux précédents projets, nous pourrions aussi constituer une SCIC permettant de développer des moyens de production en énergies renouvelables, solaires ou éoliens, selon le principe d’un investissement coopératif d’intérêt collectif sans but lucratif. Cette SCIC pourrait développer des unités collectives de production sur notre territoire. Elle pourrait aussi faire la promotion et assurer le développement de moyens de production adaptés aux maisons individuelles…
Ce projet devra nécessairement se construire en lien avec les acteurs de l’énergie et de l’urbanisme de notre secteur, notamment les collectivités locales. Le niveau d’engagement souhaité de ses acteurs dans la coopérative sera à déterminer.
Quelques expériences de coopératives de production en énergies renouvelables fonctionnent aujourd’hui en France. Il y en a beaucoup en Allemagne (voir article ci-dessous). Energie Partagée et Enercoop sont en partenariat pour développer ce mode innovant et alternatif de production localisée à mettre en oeuvre par les citoyens sur leurs territoires. Il n’y a donc qu’à mobiliser les volontés sur notre secteur pour entrer dans le mouvement.
Voir les liens suivants :
http://www.energies-partagees-alsace.coop/                                                                  http://energie-partagee.org/monter-un-projet/
Voir aussi l’article de BastaMag :                                                                     http://www.bastamag.net/Comment-investir-dans-les-energies

Extrait d’un article paru en 2013 sur le blog « Economie autrement » de la croix

Une production d’énergie décentralisée est favorable au système coopératif. L’Allemagne le démontre amplement. Selon Novethic (www.novethic.fr), l’Allemagne a doublé le nombre de ses coopératives de production d’énergie, avec 800 coopératives adhérant à la Fédération, ce qui représente 130 000 membres actifs, qui ont d’ores et déjà investi 1,2 milliards d’euros dans les énergies renouvelables, pour une production de 580 millions de Kwh d’énergie verte. Convaincant.
La Gazette des Communes du 11/11/2013 (N° 2196), donne l’exemple du Village de Grossbardof en Bavière, 1000 habitants. En dix ans, avec sa coopérative d’énergie, le village, de consommateur est devenu exportateur net : il produit 4 fois plus d’électricité qu’il n’en consomme grâce au photovoltaïque et un digesteur de biogaz. La capacité de chauffage urbain de Grossbardof a attiré une entreprise de machine outils, qui voulait investir dans une halle de production à bas coût énergétique, créant ainsi 140 emplois.
En France ce modèle est quasi inexistant. L’association Énergie Partagée compte aujourd’hui dans notre pays une dizaine de projets. Ce qui existe bien en revanche, c’est la coopérative de consommateurs, Enercoop, qui a la forme juridique de société coopérative d’intérêt collectif, SCIC (www.enercoop.fr). Enercoop a été créée en 2005 et fournit 15 000 abonnés, dont 12 000 sociétaires, avec de l’électricité renouvelable. Elle vient d’être désignée Prix 2013 de la finance solidaire Finansol (http://www.finansol.org). C’est une magnifique réalisation.
La formule coopérative présente deux avantages concurrentiels majeurs : elle permet de lever de l’épargne locale. En Allemagne les coopératives se financent à 50 % sur fonds propres. A l’heure du développement du crowdfunding (finance participative), on imagine que des clients veuillent financer eux-mêmes une électricité qui les éloigne du risque nucléaire. Le second avantage est que cette formule favorise une plus grande acceptabilité des citoyens, par exemple sur l’éolien. Au lieu de projets imposés et subis, on développe des projets choisis et acceptés.