Propositions d’Alternatives en ACTES

Propositions d'Alternatives en ACTES

Partout où nous vivons, nous voulons devenir les acteurs de la transformation qui s’annonce. Nous voulons multiplier les actions coopératives, écologiques et solidaires sur tous nos territoires, nous organiser en assemblées citoyennes et construire des pépinières d’alternatives locales pour construire, avec l’ensemble de nos concitoyens, l’alternative globale.

Pour financer cette grande mutation sociale, nous demandons de mettre en œuvre un système de cotisations solidaires sur les hauts revenus et sur les bénéfices des entreprises, avec limitation des dividendes. Comme la Sécu en 1945, nous proposons que ces cotisations, biens communs au service de tous, soient mutualisées et gérées collectivement par une institution citoyenne et coopérative, autonome par rapport à l’État et protéger par une loi cadre validée par referendum sans possibilité de transformation hors referendum.

A partir de cette révolution dans la révolution, nous appuyant sur les expériences de transition citoyenne déjà à l’œuvre, nous proposons de mettre en œuvre les cinq mesures suivantes :

- La mutation coopérative de l’économie: Parallèlement au renforcement des services publics et à la nationalisation des grandes entreprises d'intérêt général, nous souhaitons que les coopératives, en SCOP et SCIC notamment, deviennent le modèle prioritaire de développement et de transformation des entreprises, particulièrement des PME, grâce à un système de financement et d'accompagnement national d'ampleur. Cette mutation coopérative des PME doit permettre de répondre aux besoins essentiels des populations en circuit court, en sortant de la logique du profit des uns aux dépens des autres, avec partage des responsabilités et des salaires, participation des salariés aux décisions de gestion et répartition équitable des pouvoirs quelque soit le niveau de capital détenu.

- La création de contrats de développement écologique, social et solidaire "DESS" subventionnés par les cotisations sur les bénéfices des entreprises : Ces contrats doivent permettre de multiplier les emplois pérennes dans les structures à but non lucratif engagées dans la transition écologique, citoyenne et solidaire. Dans un cadre coopératif sans dividende dépassant le secteur associatif traditionnel, nous proposons que ces contrats soient mis aussi au service du développement de l’agriculture biologique et paysanne ou de la rénovation et la construction écologique des logements. Ces secteurs, fortement demandeurs de main d’œuvre, ont grandement besoin de ce soutien pour rendre la mutation sociale et écologique profitable et accessible à tous. Ce dispositif, donnant des moyens importants aux initiatives citoyennes relevant de l'économie sociale et solidaire, pourrait permettre de mobiliser un grand nombre d'acteurs autour d’un objectif « zéro chômeur longue durée / zéro exclusion » à mettre en œuvre à l’échelle nationale.

- La création d’un revenu de base complémentaire des droits, allocations et salaires existants : Nous proposons que ce revenu complémentaire, contraire au revenu de base "fourre-tout" des libéraux, soit financé par les cotisations sur les hauts revenus et les bénéfices des entreprises. Son objectif serait de garantir une élévation importante des revenus par le bas pour les moins favorisés, conjointe à une limitation par le haut pour les plus favorisés. Évitant les écueils d’une hausse importante du SMIC, ce revenu de base complémentaire permettrait d’améliorer les conditions de vie et de travail de tous, y compris des artisans, des paysans et des autres petits indépendants, tout en augmentant les capacités d’embauche dans les petites et moyennes entreprises, particulièrement au sein des structures coopératives.

- La constitution d’une monnaie citoyenne nationale : Nous proposons que cette monnaie citoyenne soit gérée par une banque citoyenne et coopérative sans but lucratif, sans spéculation et sans évasion fiscale, au service de la relocalisation des échanges et du projet de transformation écologique et sociale. Cette monnaie citoyenne serait complémentaire de l’Euro. Elle pourrait s’en désolidariser en cas de crise grave, ou dans l'éventuelle nécessité de sortir de l'Union Européenne si toute réforme y était impossible. Support du revenu complémentaire de base versé à tous, et support des financements de la mutation coopérative, écologique et sociale, cette monnaie citoyenne pourrait devenir le symbole national de la transformation collective en cours. Elle pourrait devenir une force concrète et collective de résilience face aux menaces de la finance internationale.

- Le renforcement des pratiques démocratiques visant l’implication citoyenne et la pérennité des systèmes mis en place : Nous proposons de développer les consultations citoyennes permettant l’élaboration collective en amont des projets à valider par referendum, la multiplication des assemblées citoyennes locales comme relais créatifs et critiques des politiques publiques, ainsi que le développement du tirage au sort dans les institutions, complémentaire du système représentatif et pouvant soutenir le contrôle citoyen. Nous demandons aussi que soient constituées des structures coopératives et citoyennes autonomes, mandatées pour gérer les cotisations collectées et mutualisées, en vue de financer le développement des initiatives citoyennes au service de la mutation coopérative, écologique et sociale mise en œuvre à l'échelle nationale.

Notre engagement et notre implication citoyenne de terrain, complémentaires de l'action menée par l’État, seront le plus sûr rempart contre les réactions virulentes du système dont nous voulons sortir. Plus les changements promis seront rapidement perceptibles dans la vie de toutes et tous, plus nous serons en mesure de faire front commun pour les défendre.

[signature]

3 signatures

Partager avec vos amis :