Mobilisation citoyenne

Pour la mobilisation d’un mouvement insurrection citoyenne 100% non violente, porteur du projet de mutation de manière complémentaire à l’action mener au niveau de l’État

La mutation sociale et sociétale proposée met en cause de la suprématie des investisseurs et des actionnaires. Il serait donc illusoire de penser qu’elle puisse être mise en œuvre sans devoir établir un rapport de force citoyen à la hauteur des enjeux. La seule action d’un gouvernement, fusse-t-il des plus déterminés, ne pourrait suffire si elle n’est pas portée par un puissant mouvement citoyen, impliqué dans les mutations en cours, soutenant les décisions gouvernementales correspondant à ses aspirations, faisant poids face aux pressions du système et garantissant le respect des engagements pris.

Pour gagner une telle bataille, le respect d’un impératif de non-violence par le mouvement social et citoyen semble essentiel et déterminant. Bien que fortement éthique, cet impératif ne serait pas une injonction morale, qui obligerait le mouvement citoyen à renoncer à la force au nom d’un principe supérieur. Il serait lié à un choix stratégique garantissant notre puissance face à un système injuste et dévastateur qui a fini de perdre toute légitimité au regard des menaces qu’il fait peser sur l’avenir de l’humanité.

Les rétorsions financières et les violences, même les plus graves, qui pourraient être infligées contre le mouvement social et citoyen et contre le projet de transformation sociale en cours, devront être les marqueurs indélébiles de la déviance dévastatrice du système dont l’humanité doit se défaire. Ces mauvais coups assumés avec dignité et sans soumission pourraient devenir le moteur assuré d’une mobilisation grandissante, au-delà même de nos frontières. C’est ainsi que le système qui nous malmène pourrait perdre sa toute-puissance et laisser place à l’alternative citoyenne qui se fait attendre, si nous savons agir avec justesse et détermination.